Catalogue des formations de l’Université de Lorraine

Master Gestion des Milieux Aquatiques Restauration et Conservation (GEMAREC)

Master Mention Gestion de l'Environnement, parcours type Gestion des Milieux Aquatiques Restauration et Conservation (GEMAREC)

Les différents parcours-types de la mention sont conçus pour former les étudiants à des secteurs spécifiques tels que la protection, la gestion ou la valorisation de milieux naturels, la restauration des milieux anthropisés, l’évaluation et la gestion des risques environnementaux et sanitaires (air, eau, sols, déchets), les effets de perturbations anthropiques, incluant les changements climatiques, sur les organismes vivants et le fonctionnement des écosystèmes. Ces spécialités visent à préparer à des emplois relevant de l’expertise, de la gestion environnementale et du génie de l’environnement (diagnostic environnemental, évaluation des risques, méthodes biologiques et/ou chimiques d’évaluation et de contrôle, remédiation). Les secteurs principaux d'emploi sont plus spécifiquement l’expertise en évaluation environnementale (gestion des ressources biologiques, dangers, risques et impacts, remédiation), la responsabilité qualité, sécurité, environnement en entreprise, le traitement et la gestion des effluents industriels, des sols et des déchets.

Détails sur cette formation

Niveau d'accès Bac+3
Localisation Metz et agglomération
Modalités d'études Présentiel
Laboratoire(s) de recherche associé(s) LIEC - Laboratoire Interdisciplinaire des Environnements Continentaux
Nom officiel Master Mention Gestion de l'Environnement, parcours type Gestion des Milieux Aquatiques Restauration et Conservation (GEMAREC)
Stage Oui
Eligible au Compte Personnel de Formation Non
Contact(s) scifa-scolarite-contact@univ-lorraine.fr

Description

Le parcours « Gestion des Milieux Aquatiques Restauration Conservation » cible la connaissance des zones humides et des milieux aquatiques. L’eau est une ressource planétaire à partager et à gérer dans une perspective de durabilité des services écologiques et économiques. Dans ce contexte, le parcours prépare de futurs cadres à des fonctions d’experts dans les secteurs de la gestion (halieute, conservatoire, …) et de la production des ressources biologiques aquatiques, dans les écosystèmes superficiels continentaux (naturels, modifiés ou créés par l’Humain). Il vise à former des diplômés aptes à identifier, hiérarchiser et gérer ou prévenir les effets, sur la biodiviersité, des différentes perturbations et pressions s’exerçant dans les systèmes aquatiques continentaux, en recherchant et en planifiant des voies alternatives, palliatives ou de remédiation, qui s’appuient sur les connaissances des milieux, des espèces, des usages, des acteurs de l’environnement et de la réglementation. Pour leur formation, pour l’obtention de stages ou d’emplois, les étudiants en formation et futurs diplômés bénéficient, d’un réseau de relations privilégiées, tissées avec les services régionaux et décentralisés du ministère en charge de l’environnement (AERM, ARB, CEREMA, DREAL, ONCFS), les Conseils Départemental et Régional, des agglomérations, des syndicats mixtes (PNRL), le milieu associatif en charge de la gestion du territoire et de ses ressources biologiques (CREN, FDPPMA, Filière aquacole du Grand est, F.R.C., …) et des bureaux d’étude.

Tout savoir sur cette formation

Découvrez le programme ici

La formation au sein de la mention est à temps plein et peut concerner à la fois un public en formation initiale tout comme en formation continue. La formation est proposée en alternance en entreprise pour les étudiants des parcours Génie de l’environnement et Sites et sols pollués au semestre 9.

L’organisation des études se décline en unités d’enseignement transversales (UE 701 à 704 ; UE 801 et 802 ; UE 901) communes aux différents parcours-types et en unités spécifiques à chacun des parcours-types. Le semestre 7 comporte une forte mutualisation des enseignements entre les parcours-types, puis diminue progressivement en S8 et en S9 au profit d’une spécialisation disciplinaire, orientée vers la formation professionnelle ou à la recherche.

En plus des enseignements obligatoires (cours, TD, TP), les étudiants des différents parcours doivent effectuer deux stages : l’un au cours du semestre 8 d’une durée de 8 semaines minimum et l’autre au semestre 10, d’une durée de 24 semaines pour les parcours-types dans lesquels les étudiants ne suivent pas une formation pas en alternance. Pour les parcours « Génie de l’environnement » et » Sites et Sols Pollués », pendant le semestre 10 les étudiants font un stage long de 15 semaines puisqu’ils font déjà au semestre 9 un stage en alternance de 9 semaines (3 périodes de 3 semaines). Les stages pourront être effectués soit en entreprise, dans le milieu associatif ou les collectivités, soit dans une unité de recherche publique ou privée.

  • Connaître le cadre réglementaire et législatif (droit de l’environnement, classement ICPE, droit du travail, hygiène et sécurité)
  • Risques environnementaux : connaître et évaluer l’effet de polluants sur les milieux (air, eau, sols), maîtriser le traitement des déchets

  • Identifier et mener en autonomie les différentes étapes d'une démarche expérimentale

  • Analyser et synthétiser des données en vue de leur exploitation

  • Etre capable de mettre en place les méthodes et les outils nécessaires à la conduite et à la gestion de projets

  • Mobiliser les modèles théoriques et méthodologiques propres à la discipline, mobiliser des connaissances statistiques, bibliographiques et cartographiques

  • Communiquer et interagir en situation professionnelle, sur son travail, sur son entreprise ou sur un projet et avec des interlocuteurs de formation différente

  • Se servir aisément de la compréhension et de l'expression écrites et orales dans au moins une langue vivante étrangère

  • Se servir aisément des différents registres d'expression écrite et orale de la langue française

 

Retrouvez toutes les informations sur l'inscription et l'admission en master sur le site de l'Université de Lorraine

Les droits d’inscription aux diplômes nationaux sont fixés annuellement par arrêté ministériel. Consultez le détail.

Accords ERASMUS avec 9 universités européennes : Christian-Albrechts Universität, Kiel, Germany; Fachhochschule Trier, Trier, Germany; Università della Calabria, Cosenza, Italy; Universitetet i Oslo, Oslo, Norway; Göteborgs Universitet, Göteborg, Sweden; Universität Bayreuth, Bayreuth, Germany; Hochschule Weihenstephan-Triesdorf, Freising, Germany; Universidad de Jaén, Jaén, Spain; Universidad Autónoma de Madrid, Madrid, Spain; Vysoká Skola Chemicko-Technologická v Praze, Praha, Czech Republic.

Et avant / et après

Les débouchés :

  • Chargé(e) d’études environnement,
  • Ingénieur Hygiène, Sécurité et Environnement en industrie (HSE),
  • Chercheur, Enseignant-chercheur,
  • Ingénieur d’étude / de recherche en écotoxicologie / environnement , Ingénieur hydrobiologiste,
  • Conservateur de parc naturel ou réserve biologique,
  • Chargé de promotion des espaces naturels,
  • Animateur au sein d’associations de  protection de la nature...

Découvrez les résultats des enquêtes sur le devenir des étudiants diplômés de cette formation menées par l'observatoire de la vie universitaire.

La validation des acquis de l'expérience permet l'obtention de tout ou partie d'un titre ou d'un diplôme. En savoir plus.

VOUS ETES ?

Choisissez votre profil